ENTOURAGE et CORRELATIONS

Faits historiques sciemment occultés par l'establishment français
groupement d'intérêts orientés qui manipule
l'intégrité des informations

Gweneth Vidler-Dulles   -Lien-                                                                            

Présidente de la Fondation France Grande Bretagne 1989, Déléguée de British Chamber of Commerce London  auprès de Franco-British Chamber of Commerce. Elle fait connaître YATRIDES aux Collections Privées de Londres qui mettent ses tableaux au premier rang de leur collection. L'ostracisme pratiqué en France sur les ventes importantes des œuvres de Yatridès, non mentionnées ni enregistrées, notamment par Jacques BOUSSAC Gazette de l'Hôtel Drouot, détermine faux et copies, 121 en 2008, 140 en 2014  trouvés jusque sur Internet, y compris dans les adjudications et répertoires des ventes tels que celles faites chez CHRISTIE'S et SOTHEBY's. Intervention de la DCPJ, suivie par l'OCBC (Office Centrale de la répression des fraudes des Biens Culturels) et le Procureur de la République. En réponse à cette situation, certains collectionneurs effectuèrent leurs transactions à la Chambre de Commerce Franco-britannique où les prix de vente sont des records homologués officiellement, ventes éloignées des adjudications insolites sinon douteuses, non enregistrées fiscalement. « Cher Maître (...) une Fondation autour de votre œuvre pourrait être d'une grande utilité, dans votre peinture il y a une lumière intemporelle proche de la Foi et de la Science. Les grandes Collections privées auxquelles j'ai vendu de vos peintures le souhaitent ». Gweneth VIDLER-DULLES 27 novembre 1987. 

Elle avait déjà fait cette proposition plusieurs fois, mais YATRIDES ne pouvait s'engager plus avant qu'il ne le faisait avec sa peinture, ses expériences graphiques qui l'amenaient à entreprendre ses recherches personnelles sur la lumière au CEA dès le début des années 70. Il définit ainsi la source des moyens utilisés dans ses recherches :  « Le trait est la source de toutes les sciences, depuis les notes, les lettres, jusqu'aux signes, symboles indispensables de la physique, ceux des mathématiques, l'architecture etc. L'échelle graduée de la pensée créatrice est un dessin abouti créé par un graphisme, dont chacun des mouvements  - lignes  droites, angulaires, brisées, la multitude des courbes, depuis celle d'un segment de cercle, celle homographique, cycloïdale, parabolique, parmi les centaines d'entre elles -  est un des maillons de cette échelle qui gradue l'évolution d'un "dessein", d'un plan. Finalement je préfère le mot "traverse " à la place de maillon, traverse reliant 2 montants. Ou plus précisément, "échelon", ce qui m'amène à la "Fonction Echelon de Heaviside" et à la "Distribution de Dirac". Je reste persuadé, puisque possédant les moyens de le réaliser,  que l'homme dit de science qui ne peut visualiser un phénomène physique dans l'espace en 3 dimensions, et seulement tenter de le repoduire uniquement sur une surface plane, ne peut en concevoir nettement les rouages ». YATRIDES.

Il distingue le dessin du graphisme ;  le dessin est l'image accomplie dont le graphisme en est l'itinéraire utilisé pour le réaliser. A ce niveau, il souligne qu'on ne joue plus, on crée. Un morceau de cet itinéraire ne conclut ni n'apporte rien. A cette définition pourtant très claire, le temps mis par ses interlocuteurs pour répondre, lui permet de reprendre le temps de sa solitude, nécessaire à ses recherches.

« Pour fournir les amateurs façonnés par une médiatisation appropriée, les commettants du  système poussent les galeristes à sélectionner des artistes capable de  peindre des fragments de leur talent, losqu'il celui-ci existe, fragments rapidement ébauchés. Plus ils sont nombreux plus l'affaire est rentable pour les initiateurs de ce marché qui nécessite des campagnes de publicité orientées et coûteuses. Mais ainsi il ne faut pas prétendre donner accès pour ces amateurs crédules, à une sécurisation de leur patrimoine artistique,  amateurs sincères peu avertis. Pour acquérir ces "objets" qui paraissent un choix du coeur et de l'esprit, mais aussi un investissement intéressant ils peuvent brader alors leurs propres biens, difficilement acquis  ». Gweneth Vidler-DULLES1990


Présidente de la Fondation FRANCE GRANDE BRETAGNE, Déléguée de British Chamber of Commerce London 1989. Elle fait connaître YATRIDES aux Collections prééminentes de Londres.  Face à l'ostracisme pratiqué en France sur les ventes importantes des œuvres de Yatridès, les Collections Privées réalisent leurs transactions records à la CHAMBRE DE COMMERCE FRANCO-BRITANNIQUE.

%Retour% 

Christie's   -Lien-

Vente à laquelle Gweneth Vidler DULLES assiste. Dans le catalogue de présentation/vente de CHRISTIE'S,  très rares sont les commentaires, sinon absents. Cela est fait pour Yatridès «YATRIDES was born in France in 1931 and is a major exponent of the Graphic School which developed between 1948-52 and includes such exponents as Bernard Buffet » CHRISTIE'S Great Rooms, London, Tuesday 22 March 1983 at 2.30 p.m. «The sales record was that of Yatridès painting "The other shore"; best selling among the works of Leonor FINI,  Maurice VLAMINCK, Bernard BUFFET, Jules PASCIN, André MASSON ». Cela confirmait ce qui avait été défini par Gregory JUAREZ à Palm Beach en 1963 qui n'avait jamais assez de ses tableaux pour les Collectionneurs ayant déjà acquis de ses œuvres. De nouveau, Gweneth Vidler-Dulles désire faire connaître son œuvre à travers une organisation :  « Cher Maître et Ami, je reviens sur ma lettre de novembre 1981 au sujet de la Fondation qu'il faut absolument réaliser. Je joins la liste des Collectionneurs auxquels j'avais vendu de vos œuvres ( ... ) dont Lord GLENTANAR, the Honorable Mrs LOTTI ADAMS, the Lady Marioth HAY, tous écossais ayant de belles œuvres dans leur demeures. John Foster DULLES Ministre d'Etat et Madame Harrison Ida DULLES, Tristant GARREL JONES  Member British Parllament et son épouse, Bazel BUTLER de British Petroleum, A.G. DURAN, Hans  von MELLENTHIN, Arve EGGEM qui aiment vraiment votre peinture depuis 1968 et même avant et pourraient être les piliers de votre Fondation, sans oublier Richard H. MICHELIN  et Mr. SLATER (Rolls-Royce) and Sons. Etes-vous convaincu? Réfléchissez bien à tout. All the best sincerely ». 14 juin 1990 Gweneth VIDLER-DULLES, MBE Member Bristish Empire, distinction rare. Les liens chaleureux qui unissaient Yatridès à Gweneth DULLES ne lui feront pas changer sa décision. Il ne pouvait accepter, il voulait rester dans l'ombre de sa peinture. "Qu'on en parle et qu'on le laisse tranquille" (sic).

 

Jacques Lourthioux   -Lien-

Président de "YATRIDES et son SIECLE"; organisation reconnue, Bureau constitué de membres Vice-présidents Hauts fonctionnaires, dont le Directeur de la Protection publique et un Directeur fiscal. Leur amitié restera sans faille.

 

Jean-Claude Cavaille   -Lien-

EXPERTISES  FISCALES V.A.S.F.E. (1976- 1985) « Il puise son inspiration dans une très vaste culture qui embrasse l'aventure humaine de l'archéologie la plus ancienne aux Sciences les plus avancées. Sa technique même allie l'enseignement des grands maîtres de la Renaissance aux découvertes de la chimie moléculaire auxquelles il a lui-même participé par ses recherches au C.E.N.G. (cf. § 22-alinéa 3). Conclusion-alinéa 4 :  « Georges Yatridès est dans la lignée des plus grands maîtres. Il se situe par la qualité : au sommet et par le message proclamé, en avant de la création picturale de notre époque ». Jean-Claude CAVAILLE

Il serait bon que les peintres ténors de l'establishment soient analysés par les départements habilités de l'administration fiscale, notamment leurs ventes. Marc CHAGALL et YATRIDES en sont sortis indemnes et confortés.

« Aux termes du contrat avec S.E. JOHNSON (International Galleries) YATRIDES réservait la totalité de sa production à la galerie dès 1957. La propriété de toutes ses œuvres, environ 400 toiles, lui a donc complètement échappée ». (EXPERTISES  Fiscales V.A.S.F.E. (1981) Vérifications approfondie de la situation fiscale d'ensemble : 3938 B (1977-1981) et 3953 Confirmation (1981-1985).
Signé: Jean-Claude CAVAILLE  Inspection de l'Administration fiscale,  Direction Générale des Impôts.

Georges Yatridès note: « Une interprétation différente de notre contrat d'exclusivité et ma situation personnelle m'obligèrent à ne réaliser que des Gouaches à l'eau en majorité monochromes ou dichromes et quelques Détrempes avec liants résineux, expédiées aux International Galleries Chicago, Illinois, entre 1955 et 1967; l'ensemble de ces œuvres montées sur châssis à clés. Mes huiles réalisées avant et après le contrat ainsi que plusieurs « a Tempera » de 1968 à 1972restèrent en Europe On compte plusde 1400 oeuvres ».

Ingrid Schulte-Vilain   -Lien-

D'Heessen à Londres, proche de YATRIDES passe 6 mois par an à Hollywood, Ses contacts sur place, notamment ceux avec Miles MILLAR ami intime. Elle a dirigé en France une importante galerie d'art sur la Côte d'Azur qui l'a mise en relation avec Herbert Von KARAJAN, Alain DELON, Brigitte BARDOT, Michèle MORGAN et Gérard OURY. Et parmi les artistes exposés :  DUNOYER de SEGONZAC, David HAMILTON, MAN RAY. Elle présente YATRIDES à la Tate Gallery London. Yatridès doit laisser 2 œuvres en dépôt pour être exposées. "Je ne laisse rien si je ne suis pas payé" (Sic Yatridès) Ingrid Schulte. Fin 1983, Christie's vend un de ses tableaux, "L'autre rive" 40.000 £, record des adjudications. Plus tard en 2009, Ingrid SCHULTE reçoit une lettre de son ami réalisateur Miles MILLAR :

« ( ... ) YATRIDES is the apotheosis of a master in terms of artistry and his technique evokes the virtuosity of Ernst, Dali and Chagall. ( ... ) His body of work is ethereal, not only aesthetically but in his innate ability to harness the metaphysical aspects of our nature. I look forward to seeing you in Los Angeles come Springtime ». Miles MILLAR February 17, 2009 LOS ANGELES. Yatridès apprécie l'authenticité des sentiments de ce grand metteur en scène fervent de son travail de peintre. Mais à regret il ne pourra accepter l'interprétation donnée à son existence par les producteurs-financiers qui se sont présentés. Ce programme ‘financier' avait pris corps, pendant que Miles MILLAR terminait son dernier programme en cours. Yatridès avait déjà vécu avec Marcel CARNE et Jean DELANNOY, des situations similaires qui l'avaient choqué. Voir "Un peintre pur et dur" dans "Yatrides arts" de Bruno Roche, Canada ; en partie extrait de la 1ère page du Dauphiné Libéré mai 1979.


Miles Millar   -Lien-

With his partner Al GOUGH are prolific writers/producers. Their feature credits include the action-adventure “The Mummy: Tomb of the Dragon Emperor“, for director Rob COHEN, the hit action-comedy “Shanghai Noon“, starring Jackie CHAN, Owen WILSON and Lucy LIU, as well as its sequel “Shanghai Knights“, directed by David DOBKIN “Spider-Man 2“, starring Toby MAGUIRE, Herbie: Fully Loaded, starring Lindsay LOHAN,  “Lethal Weapon 4 “ starring Mel GIBSON and Danny GLOVER and the recent I “Am Number Four“, produced by Michael BAY . Millar and Gough's work also spans the world of television; the duo created and served as executive producers of the critically acclaimed action-adventure series “Smallville“. It is the longest-running comic book-based television series of all time, and was the No. 1 show in the history of the WB Television Network. They produced “Hannah Montana“:  The Movie, based on the smash hit DISNEY Channel Series, starring teen phenomenal Miley CYRUS.  The feature marked the first for the duo's Walt DISNEY-based production company, Millar Gough Ink. Pendant que Miles Millar terminait son dernier programme en cours, celui qui convenait aux Producteurs pour la biographie de Yatridès, ne correspondait pas à l'historique de son existence et de plus Yatridès ne pouvait rentrer dans le rang d'une mode qui éparpillait des bribes de signes dits "d'art contemporain". Yatridès avait déjà vécu, avec les producteurs de Marcel Carné et Jean Delannoy, des situations qui l'avaient éloigné

« The power of Yatridès' vision is everlasting and I would want to see a film on the subject given its proper due  ( ... )  He is an absolute in the incessant redefining and evolving anatomy of contemporary art  ( ... )  It was humbling to immerge myself in such transcendent imagery and substance. Georges Yatrides work is awe-inspiring and rightfully deserves the position it will take in our collective history, he is a true craftsman of the intangible. I sincerely thank you for considering me such a remarkable endeavour  ». Miles MILLAR Los Angeles 2009. Ce qui posait problème à YATRIDES était le script qui convenait aux producteurs financiers mais ne correspondait pas, en profondeur, à l'historique de son existence, non plus le choix des acteurs. Ce pojet prenait corps, pendant que Miles MILLAR terminait son film en cours;  YATRIDES ne pu lui présenter le script imposé par les financiers.  Il abandonna le projet.

John Vilain    -Lien-

John VILAIN époux d'Ingrid SCHULTE :  « La lettre de Miles MILLAR est dithyrambique sans exagération, elle est vraiment à ta gloire. Je te souligne que pareillement, Ingrid aime profondément ton œuvre. Concernant les investisseurs pour les 2 films prévus, l'ouvrage de référence du script a été remis à la Barclays Bank qui l'attendait avec laquelle Ingrid a eu de nombreux entretiens. Pour le reste, elle est en contact avec Karl BAKER, Finance Entertainment & Production–5075 Highborn Lane NE, CenterVille, Virginia 20120. Je te rappelle que Dounia notre fille est Vice-présidente du Département Statistiques de l'une des principales Chaînes de télévision (CWT, anciennement WARNER Bros). Hormis le travail approfondi qui a été fait, faire marche arrière à l'heure actuelle serait pour Ingrid un grand découragement. Il serait navrant que, pour des objections systématiques, tous ces projets tombent à l'eau ». John VILAIN 28 juillet 2008. YATRIDES lui demande de se référer simplement aux raisons qui ont jusqu'ici déterminé sa position.

John VILAIN :  Voici la traduction de la lettre de Miles Millar transmise aux responsables français du financement. « La puissance de la vision de YATRIDES est éternelle et je veux voir un film sur le sujet, compte tenu de la valeur qui lui est due ( ... )  Il est un absolu dans l'incessante redéfinition et évolution de l'anatomie de l'art contemporain ( ... )  Ce fut une leçon d'humilité de m'immerger dans de telles images, forme et fond transcendants. L'œuvre de Georges Yatridès est impressionnante et mérite la position qu'il prendra dans notre histoire collective à juste titre, il est un véritable artisan de l'immatériel.  ( ... ) Je vous remercie sincèrement de me considérer pour un tel projet remarquable ». Miles MILLAR, Los Angeles 2009.

Brendan Turrill   -Lien-

Its realizations : Original screeplays : “The Mikako conflict”, “Sarah 88”, “Paris Rising” – Adapted screeplays : “Deathwatch”, “Gamble Lucky”, “Norvegian Wood”. « Après avoir fait des recherches et lu le livre "YATRIDES et Siècle", je suis tombé en amour avec le corps de l'œuvre de YATRIDES. Sa peinture me fascine à la fois au niveau viscéral et au plan intellectuel (...). Mais j'ai été un peu surpris de découvrir qu'il n'a pas atteint le sommet de sa gloire dans son propre pays, la France ( … ). Il a une force d'expression tout aussi unique et individuelle que celle de DALI ou PICASSO en leur temps  ( ... ) J'aimerais révéler YATRIDES comme l'un des peintres de génie les plus significatifs du 20è siècleAu plus proche de nous, depuis les années 2000, la technologie a progressé plus vite et ce qui est ressenti est comme si nous faisions chaque jour des  sauts d'hommes des cavernes pour atteindre le monde des astronautes. Je  sens que la peinture de Yatrides explore ce dilemme. Dans ses peintures, il nous montre le passé, le présent, l'avenir et au-delà, l'Inconnu; un peu comme Stanley KUBRICK a essayé de le faire dans son film "2001: l'odyssée de l'espace". Il a été spéculé que l'obélisque noir, l'élément mystérieux central du film décisif historiquement significatif de Kubrick, a été basé sur une série de peintures de Yatrides» Brendan TURRILL, Los Angeles, 29 0ctobre 2008. 

Le long métrage ainsi proposé à YATRIDES par Brendan TURRILL, le synopsis du scénario en décrit la trame qui souligne son professionnalisme de metteur en scène. L'UNION DES BANQUES SUISSES ne comprend pas la position de YATRIDES, qui désire que la rigueur du script de Brendan TURRILL soit maintenue. Pour les financiers, il est question de n'utiliser qu'une séquence de sa longue vie tumultueuse : peinture, recherches au CEA, l'importance des femmes dans sa vie, escalades dans les Alpes, ses aventures au Mexique dans la Cordillère, ses voyages, son intransigeance à protéger son travail, ses refus. Leur projet, pouvoir s'en servir dans plusieurs films ; des suites en quelque sorte. Yatridès ne peut s'engager sur plusieurs contrats dont il ne connaît pas le temps de réalisation de chacun d'eux, ni finalement de l'ensemble et ses imprévus. Les temps de sa liberté sont mis en jeu. Il ne peut accepter.

Gilbert Arnaud    -Lien-

Auteur indépendant des 6 sites :  HolométachroniqueUnivers YatridèsGalerie YatridèsAuthentique YatridèsBiographie Evènements,  parmi les 27 sites en ligne,  eux mêmes constitués uniquement de références à l'échelle mondiale sur plus de 70 années, sans jugement personnel, tirées d'éditions diverses, Catalogues, Dictionnaires, Biographies dont celle établie par l'Etat Français qui soulignent l'authenticité de l'Art YATRIDES.  Sa longue expérience du binaire, quatorze années dans les départements informatiques d'AIR France, le fait pénétrer dans la sémiologie des codes d'expression graphique de YATRIDES : « le dessin est l'image accomplie issue du cheminement du trait.  Le graphisme est le langage qui raconte le dessin, volumes obtenus sans ombre aucune. Son cheminement/itinéraire est indépendant de la lumière et des couleurs. Il est le fondement/source de ce qui peut être créé ».(Yatridès).
 
Gilbert ARNAUD Directeur général  de Assistance Informatique Services ( AIS France et Etranger Informations aéronautiques)  a réalisé Etudes et Mises en place d’Applications, formations et architectures réseau complexe ( LAN, WAN, VPN, Application VIDÉO-IP, STANDARD IP ) assistance matérielle et logicielle aux entreprises européennes dont  GILIBERT industries, PLUSPACK sociétés danoise.

Expérience qu'il a fournie à  ALUTEC, ARES Protection, télémaintenance. Ses missions de responsable réseau et communications pour EDF (Saint-Denis et Site de Tricastin), HENKEL FRANCEConseil Général du Puy de Dôme et  Fédération française de Football, Sté DRAGOCO, Sté BEISSIER,  IDS ROGERS, et AIR FRANCE années 76 à 90 : Direction Télécoms et Informatique Service des études années 90. Etude et mise au point de nouveaux produits Télécoms appliqués au réseau privé AIR FRANCE Emulation de terminaux, Analyste-Programmeur dans plusieurs développements d’applications de gestion. Programmation sur IBM 3090 en Cobol, PL1, ASM, fortran (analyse méthode Varnier). Installation et dépannage de modems/ multiplexeurs (MIC) concentrateurs de lignes / terminaux télétype / téléphones / interphones / moniteurs T.V. réseau vidéo. Cette expérience lui permet de découvrir des évènements dont certains occultés qui avaient parus insignifiants à YATRIDES, alors qu'ils mettaient son travail en avant de la création picturale.

Peter Tarnoff   -Lien-

Délégué des USA en Europe pour le développement scientifique (Genève),  US STATE DEPARTMENT Director-Office of Research & Analysis, Western Europe1975-1976 - USA Government, President Council on Foreign Relations 1986-1993.  Spécialiste dévoué qui fait déplacer à Paris, rue de Verneuil, les véhicules et remorques/caméras de Radio Télé Luxembourg (RTL) qui filme la galerie de Jean Charles LIGNEL propriétaire du PROGRES de Lyon, met en exergue le travail de YATRIDES et bloque durant 35 minutes la rue de Verneuil d'Alain Delon. Le film d'RTL sera diffusé sur plusieurs chaînes TV européennes. Après l'exposition, YATRIDES ne pourra s'entendre avec le caractère de Jean-Charles LIGNEL qui n'entendait que sa propre voix.

Arthur Conte   -Lien-

Historien, Ministre, PDG des chaînes TV initiales de l'ORTF, Président de l' UNION de l'EUROPE OCCIDENTALE  (1960-1963). auteur de "YATRIDES maître du temps". « Mon cher Georges, Je te confirme absolument que je n'ai écrit ce texte te concernant que pour honorer notre amitié et ton génie. Je te l'ai offert sans conditions. Puisse ce texte, simplement mieux faire connaître l'immense artiste que tu es ». Arthur Conte 14 juin 1986) 

« Georges Yatridès?  Un artiste de génie créateur de temps et d'espace. ( ... ) Dans son art, on ne sait quoi désigner de plus puissant ... chaque tableau à la fois miniature et cathédrale...ce magicien a su allier toutes les ombres et toutes les lumières de ses randonnées de Delphes au Congo français et Congo belge, de Grenoble ville des sciences au Mexique, de Los Angeles aux cités les plus diaboliques. De plus comme les vrais grands, il est inclassable. On ne saurait l'apparenter ni à école, ni à église, ni à fleuve :  il n'y aura jamais qu'un Yatridès, qui ne se définira jamais que comme "Yatridès".  Ainsi, en pleine civilisation des masses et des fatalismes, préserve-t-il, à son tour, la fierté et la noblesse de cet être de plus en plus rare :  l'homme seul pour autant en vrai et intense communion avec l'humanité la plus profonde ». Arthur CONTE. XIIIIème Salon de Montmorency 13-27 novembre 1983.

« Mais au fond de lui-même, que veut YATRIDES ? Il ne joue pas, il veut. Et que veut-il ? Il veut l'aventure de l'homme. Dans chaque toile, il entend enfermer toute l'épopée ( ... ) Il fait de longs séjours en Allemagne et en Angleterre essentiellement pour prendre contact avec les plus grands savants ou laboratoires. Il n'est pas que savant, il l'est tellement qu'il en paraît alchimiste » Arthur CONTE.

Le sujet de ses recherches : la lumière blanche et la multitude de ses couleurs constituantes. Objet : appréhender la structure du temps au de là "des standards admis''. « Il est aussi savant qu'artiste. Il discutait à longueur d'heures avec l'ami de son deuxième Père, Jean LEYMARIE  alors conservateur du Musée de Grenoble, qui l'aidait en éminent historien de l'art, à mieux se comprendre » Arthur CONTE  "Yatridès Maître du temps" 1992 

Jean LEYMARIE (17 juillet 1919 – 9 mars 2006) est un historien d'art français. Il aide René HUYGUE, conservateur du Musée du Louvre,  à la garde des œuvres d’art, lors de l'occupation allemande. Paris libéré, il raccompagne au Louvre les trésors qu’il avait contribué à sauver au Louvre, où il est nommé assistant. On lui confie en 1950 (à 31 ans) la direction du musée de Grenoble, où il reste jusqu’en 1955.
Professeur de grec, professeur d’histoire de l’art aux universités de Lausanne et Genève, tout en publiant les premiers d’une longue série d’ouvrages qu’il consacrera à des écoles de peinture (Les impressionnistes, la peinture hollandaise, le fauvisme…),  Appelé à diriger le musée national d’art moderne de Paris, au Palais de Tokyo, il prépare son transfert au Centre Pompidou alors en projet. A l’ouverture de celui-ci, il est nommé directeur des études à l’École du Louvre

Jean Leymarie   -Lien-

Professeur de Grec, historien d'art, proche de René HUYGHE. Jean LEYMARIE Conservateur du Musée de Grenoble (1950-1956), Directeur du Musée National d'Art Moderne (1968-1973), Directeur des études à l'École du LOUVRE, Professeur de grec, Professeur d’histoire de l’art aux universités de Lausanne et Genève, tout en publiant les premiers d’une longue série d’ouvrages qu’il consacrera à des écoles de peinture (Les impressionnistes, la peinture hollandaise, le fauvisme…) et enfin Directeur de l'Académie de France à Rome (1978). Jean LEYMARIE auquel Louis PANNIER Consul de France, second Père de Georges, le présente "Afin de vérifier si ce qu'il peignait, était à la mesure de ses dispositions pour les sciences ». YATRIDES a 19 ans en 1950; il montre 2 de ses premières toiles, périodes Fauve et Abstraite de 1945. LEYMARIE situe les toiles de la 1ère de ces 2 périodes "dans la lignée des Soutine"  et le suit durant les années de ses fonctions au Musée. A la lumière de ces 2 toiles qui montrent des éléments absents dans les recherches des Fauves et Abstraits, le challenge posé est de trouver ce que les Ecoles de peinture successives qui l'ont précédé  n'ont pas pu concevoir. LEYMARIE suit durant les années de ses fonctions au Musée, l'aventure que représente la peinture de YATRIDES,  l'ampleur de son ambition téméraire : quitter l'école abstraite, refuser MATISSE, l'inventeur de l'homme objet-décoratif infantile et trouver les réponses aux questions fondamentales de la finitude de l'homme face au peu de temps qui lui est donné sur la Terre  Trouver une autre voie, dont une partie comprendrait la synthèse du travail déjà accompli par les « autres » assujettis à leurs marchands, et révéler une dimension qui englobe et fusionne le passé et l'avenir: La maîtrise du temps. LEYMARIE ne s'oppose pas à ce projet chimérique, insensé. YATRIDES commencera à le  réaliser après ses recherches abouties au CEA 15 ans plus tard en 1972, sur la lumière émise par un corps solide en incandescence et ses prolongements dans de nombreuses disciplines déterminées par la physique, alors que les responsables du CEA ne voient que des résultats chimiques hydrocarbonnés, brevets ainsi acordés par le Patent Office de Washington et non la complexité de ce que révèlent ses recherches menées à bien. Pourquoi ? L'aventure de l'homme est de connaître et de laisser connaître. 

 Il extrapole artistiquement  certains éléments de ce qu'il a découvert sur  les variations de la vitesse de la lumière, les conséquences sur l'évaluation du temps et de l'espace, de l'espace-temps. Sa  maîtrise de la matière lui permet d'appliquer ces éléments sur l'espace disponible d'une surface plane une peinture.

André Reidberger   -Lien-

Administrateur-directeur général de la société Agfa-Gevaert (1965-68), Ancien délégué général de la Fédération européenne et de la fédération nationale des industries techniques du film cinéma et télévision, Président d'honneur de l’Association des conseils et experts du cinéma et de la communication audiovisuelle (Acecca), Arbitre expert honoraire, Président honoraire de l’Animax,  Officier des Arts et des Lettres.

Lors de la vente exceptionnelle à PARIS le 12 décembre 1983 d'une huile de Yatridès de 1977 "Les nouveaux rouleaux" au bénéfice des enfants myopathes de POLOGNE, vente organisée par les Clubs Services du ROTARYet du LYONS,  réalisée par Me Cornette de SAINT-CYR, détaxée par Jacques DELORS, René HUYGHE y est invité d'honneur. André REIDBERGER Gouverneur du Rotary International : « (...) Je constate que ce soir, vous êtes très nombreux à avoir répondu à mon appel, pour les Rotariens bien sûr et à celui du gouverneur Bernard Leroy pour les Lyon's. Je vous en remercie car cette noble cause valait bien la peine d'être soutenue par notre présence amicale à tous. Je remercie toutes les personnalités qui ont bien voulu se joindre à nous, en particulier M. Arthur CONTE, M. ORENGO, Alexandre BOURMEYSTER,  la grande comédienne Alice SAPRITCH, M. le Contrôleur d'Etat Robert GUIDET. Et je dois excuser M. René HUYGHE de l'Académie française qui regrette infiniment de n'avoir pu se joindre à nous, étant retenu en voyage ».

René HUYGHE ira au XVIIIème Salon de Montmorency de janvier 1989 où il espère voir YATRIDES et son travail qu'il analysera . Il en en resortira une analyse qui  lorsqu'elle sera vérifiée, remet en cause les Ecoles successives de peintures, qui ont ramené  l'art à des conceptions formelles, uniquement décoratives dénuées de fond.  

Georges Arnone   -Lien-

Maire-adjoint à la Culture de la Ville de Montmorency « Yatridès le trait, à lui seul surprenant qui projette l'image dans d'autres espaces. La lumière qui n'a pas de source, venue d'ailleurs . Une contraction du temps » Georges ARNONE crée et organise les Salons de Montmorency dont  le XIème, le XIIIème et le XVIIIème Salon, auxquels YATRIDES  a été convié à participer. Au XIème Salon en tant que Grand Prix de la Ville de Montmorency (08-22 novembre 1981); au XIIIème Salon, exposition en solo (13-27 novembre 1983) présentée dans un catalogue prestigieux comportant de nombreuses reproductions et enfin Invité de nouveau à exposer au XVIII ème Salon (14-29 janvier 1989) qui commémore ses expositions précédentes en tant qu'Invité d'honneur et Grand Prix, avec 2 huiles en exergue pour ce dernier Salon, "Nu sur un Horizon" (1978) et "l'Aboutissement des lois" (1983)

René HUYGHE auquel Georges ARNONE  signalera que Yatridès figurera à ce XVIIIème Salon de Janvier 1989, HUYGHE y viendra espérant rencontrer YATRIDES et enfin voir de près ses peintures dont lui avait parlé Jean LEYMARIE ainsi que REIFBERGER qui l'avait attendu  lors de la vente en 1983 d'une toile de YATRIDES pour les enfants myopathes de l'Est.  En 1989 à ce XVIIIème Salon, face à l'œuvre de Yatrides son analyse est impressionnante, dans laquelle il définit le travail de YATRIDES :  « Synthèse de la peinture  ( ... ) » une de ses conclusions, toutes radicales sans atermoiements. YATRIDES n'assistera pas à cette manifestation comme quasiment à aucune autre.

René Huyghe  -Lien-

Historien d'art, conservateur du Musée du LOUVRE, psychologue et philosophe de l'art, professeur à l'Ecole du Louvre, se rendra au XVIIIème Salon de Montmorency (14-29 janvier 1989), où il est attendu. Avant ce troisième Salon de Montmorency auquel il aura été invité plusieurs fois, YATRIDES fut Grand Prix de la Ville de Montmorency au XIème Salon (8-22 novembre 1981), puis en exposition personnelle prestigieuse au XIIIème Salon (13-27 novembre 1983) et enfin à ce XVIIIème salon (14-29 janvier 1989) qui expose 2 de ses huiles : "Nu sur un horizon" (1978) et "L'Aboutissement des lois" (1983). René HUYGHE se rend au XVIIIème Salon où il est attendu où il pourra enfin voir YATRIDES qu'il n'avait pu rencontrer, invité par REIDBERGER six années auparavant. Lors de l'inauguration du vernissage, René HUYGHE fit un discours au cours duquel il remercie son ami Georges ARNONE  de l'avoir averti de la présence de YATRIDES à Montmorency, mais celui-ci est absent. HUYGHE déclare :  «  Georges ARNONE a observé et défini cette contraction du temps, cette lumièreJean LEYMARIE s'était intéressé à YATRIDES,  à cette nouvelle aventure de la peinture. Je constate que le fond et la forme sont liés par une technique sans pareilUn autre mode graphique qui se prête à une synthèse de la peinture. Il y a autre chose qui devrait être approfondi  ». Discours de René HUYGHE, Montmorency, (Janvier 1989) aux côtés de Georges ARNONE et Claude sa épouse, Maire-adjoint à la Culture de la ville de Montmorency. 

René HUYGHE parle de la "synthèse" réalisée par YATRIDES se référant à ses différentes périodes dont les premières, Fauve 1945-1948 et Abstraite 1948-1951 et les suivantes pour atteindre "l'Aboutissement des lois " (1983) de sa période nommée "Apodictique"  - du Grec "Propre à convaincre" -  qui se dit "d'un jugement ou d'une démonstration caractérisée par la nécessité logique et l'universalité" (Larousse). Période apodictique qui présente un "univers sans référant dans le monde connu, "définition même de l'abstrait",  mais où l'homme apparaît; réapparaît dans la création  dont on l'avait exclu, par manque de possibilités de l'exprimer graphiquement hors du classicisme conventionnel et/ou du surréalisme, ce qu'avait regretté Jean CLAIR de son vrai nom Gérard Régnier Directeur du Musée de l'ORANGERIE, du Musée d'ART MODERNE, Directeur d'art graphique du CENTRE POMPIDOU, Conservateur général du PATRIMOINE, Directeur du Musée PICASSO, Directeur de la BIENNALE de VENISE.

Marcel Carné   -Lien-

Famous French Film-maker : Le Quai des brumes, Drôle de drame, Le jour se lève, Les Portes de la nuit, Hôtel du Nord, Les enfants du paradis, les visiteurs du soir - son scénariste Jacques Prévert – ses acteurs Jean Gabin, Jean-Louis Barrault, Pierre Brasseur, Arletty, Maria Casarès.

Marcel CARNE  propose à YATRIDES un long métrage avec de grands acteurs. Paul QUNITARD son  imprésario : « Mon Cher Georges,  je te demande de me dire quand tu pourras  ( … )  travailler avec Henri François REY (Les Pianos mécaniques…..Les Chevaux masqués….etc…) en tant que dialoguiste…pour un film de prestige sur le monde, le milieu ambiant de la peinture tout autour de la vie de Georges Yatridès, l'homme et son œuvre, film dirigé par Marcel Carné. Rappelons pour mémoire qu'au Palais de l'Elysée, il y a quelques semaines, le Président de la République François MITTERAND lui remettait la Croix de Commandeur de la Légion d'Honneur et déclarait devant toutes les personnalités réunies « Marcel Carné le plus grand cinéaste français de tous les temps ». (…) « Il  est indéniable que ce film est appelé à avoir une destinée internationale ( … ) regroupant plusieurs stars dont Anthony QUINN dans le rôle de YATRIDES Père, Fernando CASADO ARAMBILLET, dit Fernando REY etc. » (Jacques Quintard 14 janvier 1986). YATRIDES, dans sa situation, est dans l'obligation de ne pouvoir y répondre favorablement, son travail n'est pas à sa place dans le film de qualité proposé par Marcel CARNE et Jacques QUINTARD, tel qu'il est corrigé par les investisseurs/producteurs.

Jean Delannoy   -Lien-

 
Célèbre réalisateur.  Grand Prix au Festival de Cannes (1946) pour La Symphonie pastorale,  César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière (1986). Ses films de stryle classique rigoureux un peu froid dont La Symphonie pastorale (1946),  Les jeux sont faits (d'après le scénario de Jean-Paul SARTRE 1947), de Maigret tend un piège (1958). . Jean COCTEAU aura collaboré à la réalisation de L'éternel retour (1943) et la princesse de Clèves (1961). Ont suivi de nombreux films qui l'ont amené à devenir réalisateur à la télévision. 

Sa rencontre avec YATRIDES lui dévoile un art qui l'enthousiasme :  « Plus je considère la qualité exceptionnelle de votre peinture, plus je suis persuadé que celle-ci peut donner lieu à un très beau film s'inspirant à la fois de l'originalité de votre œuvre et des éléments de votre propre vie. J'ai donc décidé d'entreprendre ce film qui sera pour moi comme la consécration de ma longue carrière » (Jean DELANNOY,  24 octobre 1987). Une sincère amitié sans concessions va rapprocher les deux hommes.

« Cher Georges j'espère que cette lettre officielle ( ... ) sans jeter le moindre voile sur la sincérité de mes intentions profondes et la joie que je ressens de trouver le sujet d'une belle histoire autour de ton œuvre et de toi-même ... Chaque nouvelle journée passée à ton contact au milieu de l'envoûtement de tes toiles et mêlé à tes recherches essentielles, m'apporte toujours plus de joie et d'enthousiasme ( ... ). Bon voyage cher Georges, au pays du soleil levant. Mon crépuscule devient une aube nouvelle ». Jean DELANNOY, 19 novembre 1987.

YATRIDES confronté « aux manipulations intolérables des partenaires financiers » (sic Yatridès), malgré l'estime profonde qu'il porte à Jean DELANNOY,  il ne pourra accepter le long métrage espéré par ce grand cinéaste ami passionné qui lui en fera proposition plusieurs fois. La position de YATRIDES envers les financiers concernés restait inchangée.

Armand Drouant   -Lien-

Renown Director of gallery DROUANT-DAVID Paris, rue du Faubourg Saint-honoré. Il est le premier personnage de Paris qui découvre YATRIDES. En 1954, c'est Florence POZZO di BORGO sa jeune épouse issue d'une grande famille de Ducs qui, sur les conseils d'un membre de sa famille, sa cousine Janine CHARRAT danseuse étoile, contacte Armand DROUANT. Celui-ci rencontrera YATRIDES à Villefranche-sur-mer dans sa villa Massouri. Au fil des jours l'entente spontanée des deux hommes devient une estime profonde qui va longtemps les lier. Il lui demande une cinquantaine d'œuvres qu'il amènera à la Galerie Drouant-David rue du Faubourg Saint-honoré le mercredi 07 décembre 1955, 18 heures. DROUANT de retour de son  voyage aux USA est en retard et DAVID son associé l'en excuse. Les visiteurs présents dans la galerie sont attirés par les quelques peintures de YATRIDES  posés au sol sous d'autres œuvres dont celles de Bernard BUFFET accrochées au mur. Emmanuel  DAVID entraine YATRIDES  dont son bureau. Il lui demande ne plus utiliser son graphisme gravé dans la pâte, sillon qui traverse toutes les couches picturales « C'est impressionnant mais il y a déjà un graphiste dans la Galerie, Bernard BUFFET ». Il lui suggère de changer de technique et lui montre en arrière boutique quelques peintres  « aux techniques intéressantes qu'il peut révéler à YATRIDES, peintres qui n'auront aucun espoir d'apparaître jamais ». Georges YATRIDES préfère rencontrer DROUANT et reprend ses peintures ayant  un regard pour les toiles de BUFFET exposées, dont le graphisme était un cerne constitué d'un bourrelet confectionné avec une poche de patisserie,  bourrelet qui entourait et articulait d'angles  répétitifs, qui confortait des images plutôt communes, gauches. YATRIDES aura pris une bonne décision malgré l'amitié récente qui l'avait rapproché d'Armand DROUANT qu'il reverra longtemps après son retour de New York. En effet,  Emmanuel DAVID  homme d'affaires de formation notariale, associé fortuné d'Armand DROUANT  pour la création de la Galerie DROUANT-DAVID en 1942, intervenait dans la conception et l'élaboration du travail des peintres, lorsque le permettaient leur docilité, leur ambtion ou leur détresse. Conditions requises qui ne correspondaient pas à YATRIDES. 

David    -Lien-

« Au début, la Galerie DROUANT-DAVID exposait les peintures de Bernard BUFFET, tandis que la Galerie Visconti présentait les œuvres sur papier. Pourquoi ce choix ? Très vite, lorsque Emmanuel DAVID a fait ce contrat avec Bernard Buffet, Armand DROUANT ne put l'accepter, car il n'appréciait guère sa peinture. Cela dérangeait beaucoup Bernard BUFFET. Alors, Emmanuel DAVID a demandé à GARNIER si il acceptait de partager le contrat. Celui-ci a agréé cette proposition. On demande à Maurice GARNIER:  « Intervenez-vous dans la conception des peintures de BUFFET »?....« Non, pas du tout !  Cependant, il est arrivé à deux reprises que des thèmes suggérés soient exploités par Bernard. La première fois pour  "Don Quichotte". Yann le Pichon  auteur d'un important ouvrage sur l'artiste, évoqua ce thème en sa présence. Sur le moment, Bernard BUFFET n'était pas du tout intéressé, mais trois ans plus tard…La seconde fois, je lui ai suggéré de faire l'exposition des "Singes", une des toutes dernières, qui fut assez étonnante ».

 Interview réalisée le 26 novembre 2002 par Christophe BERTEAUX  pour la revue 11, rue Royale "
" Deux rencontres capitales ont marqué votre vie professionnelle. La première est celle avec Emmanuel DAVID. Pourriez-vous nous l'évoquer "  ... « Je l'ai connu en 1945, juste à la fin de la guerre. Il avait une galerie de tableaux 52, rue du Faubourg Saint-Honoré. C'était un marchand très actif et il m'a donné l'envie de faire ce métier. J'ai vraiment tout appris,  grâce à Emmanuel DAVID.  Je lui dois ma situation » Bernard BUFFET.

Jacques Chirac   -Lien-

Maire de Paris, par la suite Président de la République, parraine "Les Cimaises du ciel" au Sacré-Cœur de Montmartre 10 juin-1er septembre 1981, où 3 Cryptes sont attribuées à YATRIDES pour son travail, exposition où Bernard BUFFET  se remarque avec les autres artistes. Cautionné par Jacques CHIRAC Maire de Paris dont YATRIDES avait fait connaissance lors d'un repas pris ensemble à la même table durant une réunion de travail réunissant plusieurs des ses amis,  Monseigneur Maxime CHARLES continue d'exposer les œuvres de YATRIDES qui restent accrochées trois semaines  après la fin de l'exposition. Des Cryptes, une partie de ses œuvres est montée dans la NEF de la CATHEDRALE , pour y être exposée, notamment son vitrail "La bataille de Jacob avec l'Ange" bien que cette œuvre  représente le conflit et la dualité dans tout corps organisé aussi bien hydrocarboné (dont l'homme) que minéral ou métallique. C'est ce qui correspond à ses  recherches abouties sur de nouvelles propriétés de la lumière

Lady Chastenet de Gery   -Lien-

Director of Galerie Voyelles, Montmartre qui organise en 1956 la première exposition personnelle de YATRIDES .à Paris. C'est là qu'il sera découvert par les critiques parisiens prééminents et un grand Collectionneur qui en avertira Samuel-E. JOHNSON, International Galleries, Chicago. YATRIDES  restera 17 années sous contrat avec JOHNSON, contrat qu'il rompra de sa propre initiative. Il quittera la galerie en 1972 pour revenir à ses recherches scientifiques fondamentales. Il ne pourra oublier Madame Chastenet qui lui aura ouvert sa Galerie, enlevé les peinture d'une artiste exposée chez elle, pour accrocher ses propres peintures.

Henri Linard   -Lien-

Restaurateur, Membre de l'atelier de restauration des peintures du musée du LOUVRE, devient une relation privilégiée. Leurs rencontres et courriers sont nombreux, qui traitent des moyens qui puissent permettre à la peinture de résister dans le  temps. Il s'intéresse au travail technique de Yatridès, dont la thixotropie qu'il avait utilisée pour ses 2 premières périodes "Fauve" et "Abstraite" et des moyens de ses périodes suivantes qui aboutissent à la maîtrise d'une lumière intrinsèque sans couleurs parasites, indépendante du graphisme qui crée les volumes, sans l'aide d'ombre portée ni de contraste.

James Crowley   -Lien-

Famous Physicist, Doctor in Physics MELLON University PITTSBURG, pour le CNRS où il dirige plusieurs groupes de recherche  (Professor James L. Crowley. has served as Director for the UMR GRAVIR laboratory (Umr 5527 CNRS, INPG, Ujf, Inria, Prima, Lig, Ensimag). Au cours des 30 dernières années il apporte des contributions fondamentales dans la navigation des Robots Mobiles Autonomes. Il conçoit un site qui analyse l'œuvre de Yatridès  "son influence au plan scientifique et pictural auprès d'autres créateurs,  dont Stanley KUBRICK qui utilise le Monolithe de YATRIDES, axe du scénario, objet culte et moteur des différentes séquences successives de 2001 : a space odyssey ".

Pierre Pasleau de Charnay   -Lien-

le 17 mai 1989, son Altesse sérénissime Ministre de l'Ordre souverain et militaire de Saint-Jean de Jérusalem, "nomme Georges YATRIDES Chevalier hospitalier de Malte", admis par le Conseil du Priorat en qualité de Chevalier-Commandeur de justice. Yatridès dans sa situation, ne pourra accepter cet honneur et refusera "l'armement équestre et l'adoubement liturgique" conférés selon les rites du Grand Prieuré.

Paul Perroud CEA   -Lien-

Préambule: avant HAU et BOYD, avait été démontré que dans un "Flint glass" contenant du plomb (verre cristal), que la vitesse des couleurs qui constituent le spectre de la couleur blanche est réduite, chacune d'elles spécifiquement. La vitesse de la couleur rouge est réduite à : 1,854 x 108 m/s (185.400.000 m/s). La couleur bleue à : 1,835 x 108 m/s (183.500.000 m/s) moins rapide –  Il est bien connu que la couleur bleue est cependant plus rapide que la couleur rouge. Vitesse lumière blanche dans le vide sans obstacles : 299.792.458 m/s. D'autres moyens élaborés existent pour limiter la vitesse de  la lumère mais ne prêtent pas à conclusion. L'intérêt du Flint Glass est le plomb qui est un des éléments chimiques du tableau périodique classés par numéro atomique, comptant parmi les métaux les plus "opaques" aux rayonnements.
 
Directeur des Applications Spéciales de la Physique - C.E.A. (A.E.C.  French Atomic Energy Commission) en 1970 mettra à la disposition de YATRIDES, personnel et laboratoires dans lesquels celui-ci découvre de nouvelles propriétés de la lumière émise par un corps solide en incandescence. En accord avec la SEITA (French government tobacco and matches monopoly), le tabac est choisi sous forme de cigarettes, du fait de ses quelques 2500 composés chimiques, constituants du tabac non brûlés et 5300 produits chimiques dans ses fumées produites par le foyer de combustion de la cigarette qui atteint  870° Celsius parfois plus selon environnement et type de tabac, jusqu'à à 965°. De ses constituants commencent à se dégager des émanations de gaz dès leur point de fusion et d'autres avant leur point d'ébullition, dont le plomb point fusion 327.46, ébullition 1750°. Recherches abouties de  Yatridès : les moyens :  dans le corps de la cigarette est introduit un tube acier . Il est porté à incandescence dès 680 °  lorsque le foyer du tabac est alimenté en air aspiré. Le rayonnement de son incandescence traverse les vapeurs/gaz des substances et éléments provenant de la combustion/température maximale du tabac. Lorsque le tabac n'est plus suralimenté en air et que sa température chute brutalement, l'acier reste incandescent un temps plus long durant lequel sa température diminue  progressivement et continue d'agir sur les fumées.  L'intensité de sa température et rayonnement désorganisent différemment les éléments du tabac dont notamment certains métaux lourds tels que le Cadmium (fusion 321.07°, ébullition 767 °), Mercure (-fusion, ébullition 356,62 °) et du Polonium (fusion 254 °,  ébullition 962 °). Entre leur point de fusion et celui de leur ébullition, l'excitation de leurs constituants offrent des horizons multiples.

Les recherches de YATRIDES tendent  à démontrer que les photons ne sont pas des paquets d'énergie élémentaires ou quanta de rayonnement électromagnétique qui s'échangent selon EINSTEIN. Ce qui a pu semblé être leurs échanges c'est la complexité du comportement de l'électron ;  ses notes et  dessins montrent une 'Mère' photon,  matrice initiale dont les vibrations produisent une paire  d'ondes,  l'une tournant dans le sens des aiguilles d'une montre  –  rémanence  de la rotation originelle de tous les éléments  –  l'autre en sens contraire, rotation obligée. Cette dualité détermine une énergie qui rend le photon autonome et  indépendant de sa source une fois émis. L'intérêt est de pouvoir considérer d'innombrables paires d'ondes qui se multiplient à mesure que leur sont disponibles les espaces infinis. Leur agitation produit cette énergie que l'on retrouve notamment sur les objets qu'elles rencontrent et dont elle augmente la température par excitation de leurs constituants atomiques de surface. Le problème de masse productrice d'énergie n'a pas sa place dans cette démonstration. Le photon crée lui-même son énergie, sa masse est virtuelle.
Déjà ici on peut comprendre pourquoi un seul photon passe à travers les deux fentes dYOUNG, si on considère les recherches de YATRIDES. Voici ce qu'il nous révèle :
« Mettre près d'une de ces 2 fentes un système produisant une énergie adaptée suffiisante pour voir comment se comporte le photon, face aux deux fentes et en faire le constat concrètement, cela entraine le photon à  contracter ses deux constituantes et se présenter en une unité compacte pour s'opposer  à  l'agression de l'énergie intruse qui l'épie, proche de la première fente. Il passe alors par une seule fente, la plus éloignée de la source d'énergie qui l'agresse. Si le système est placé près de celle-ci, le photon passera par l'autre fente. Quoiqu'il en soit, même si le photon est projeté entre les 2 fentes exactement, son comportement serait identique face à l'énergie dispensée par le dispositif qui l'épie, quelle que soit la forme de cette énergie. S'il n'est pas épié par un dispositif émettant sa propre énergie pour ce faire, le photon passe par les 2 fentes. Lorsque qu'une situation devient préoccupante, une mère regroupe ses enfants pour les protéger. Dans l'univers tout est agression  systématique et son opposée,  défense expansive systématique ». 

Dans ses notes and dessins dans l'espace,  il souligne "l'influence des différentes couleurs d'incandescence d'un corps solide en l'occurence de l'acier dont le température croît "du Rouge foncé, au Rouge clair, Jaune et Blanc soit début de son incandescence;  mais aussi de son spectre global ".  Cela  répond à de nombreux problèmes qui ne se sont pas encore posés et à ceux connus mais non résolus ; l'obligation de revoir des hypothèses, théories et certaines lois admises jusqu'ici, définies avec des notions contradictoires.  «...Reconnaître par les faits que l'organisation de la matière est harmonieuse ce qui sous-tend une 'harmonisateur', conclure qu'une intelligence suprême ou qu'une force exotique difficiles à concevoir aient pu la créer et continue à le faire, selon des lois cohérentes rigoureuses. Mais l'homme n'aime pas considérer que puisse exister une intelligence qui lui soit supérieure, quelle que soit sa forme sinon celle de créatures monstrueuses dans les films d'horreur »  Sic Yatridès. " Le plus beau sentiment du monde, c’est le sens du mystère. Celui qui n’a jamais connu cette émotion, ses yeux sont fermés ". Albert EINSTEIN.

Georges YATRIDES : « Mais le quantum a perturbé EINSTEIN, car s'il existe bien, ce mot latin  ne représente que la limite de nos possibilités à concevoir ce qui serait un des plus petits éléments de la matière,  selon notre perception actuelle naissante. Dans ce désordre des capacités de penseurs en groupe, surgissent des mots tels que discontinuité, de flou quantique et quelques centaines de termes corrélatifs, qui occultent tentent de  faire oublier  leur désarroi face aux  mécanismes de l'infiniment petit, alors que là aussi existent des lois rigoureuses et non ce hasard qui les satisfait, refusant de reconnaître que les temps des Croisés n'est pas loin et que nous sommes à l'ère d'un eveil laborieux confectionné de bribes et balbutiements alignés en désordre. Il faut ajouter qu'en latin Quantum signifie combien ! Ce qui a permis à mes amis de concevoir des quantités de Quantums" avec coefficients positifs et négatifs. Au sujet de linfini, noté plus haut, s'il ne l'était pas (infini) qu'y aurait-il derrière les murs qui le limiterait : une série de clôtures payantes  " à l'infini ",  espacées de combien;  ou bien une fortification finale ?  Derrière elle  quoi ?  Tout simplement l'homme n'a pas les possibilités de concevoir ce qui n'a pas de limites, sinon avec des théories absurdes ».  Georges YATRIDES à Gilbert Arnaud.

Pierre Ledez   -Lien-


YATRIDES cherche à démontrer que dans un corps dont la cohérence définit sa "personnalité" toutes les vibrations sont  issues de dualités existant dans chaque corps. Elles de s'échangent pas. Ses notes et  dessins montrent une 'Onde/particule Mère' constituée, de paires d'ondes, l'une d'elles tournant dans le sens des aiguilles d'une montre  –  rémanence  de la rotation initiale de tous les éléments –  l'autre en sens contraire, "rotation obligée, par quelle forces par quoi ou qui "? sic YATRIDES. Paul PERROUD Directeur d'Applications spéciales de la Physique au Centre d'études atomiques, en aventurier de la science " membre de l’expédition polaire Paul-Emile VICTOR " aura ouvert les portes du CEA à YATRIDES mais certaines n'étaient qu'entrebâillés par le scepticisme de l'équipe mise à sa disposition.

Directeur de recherche à la SEITA Pierre LEDEZ s'intéresse aux brevets de YATRIDES accordés en particulier aux Etats Unis. Seules  les réductions d'éléments dangereux dont Polonium, et notamment d'autres agents carcinogènes dont hydrocarbures parmi de nombreuses autres substances furent examinées pour l'obtention de ses brevets 'toutes revendications accordées' sur ce seul aspect soutenu par le CEA-CENG. Des cigarettes moins nocives entraineraient une augmentation de leur consommation. YATRIDES  ne peut aller dans ce sens et refuse cette collaboration avec Pierre LEDEZ ainsi que son aspect financier pourtant très alléchant;  dans une époque où l'argent domine dans tous les secteurs y compris dans ceux que ne devraient n'être gérés que par  la conscience. L'importance de la découverte d'une lumière aux propriétés encore inconnues, n'a pas été perçue, pas même par le Patent Office de Whashington DC qui se joint aux résultats du CEA et accorde  toutes les revendications des 2 brevets concernés. Pourtant les résultats obtenus grace au dispositif de Yatridès, le furent lorsque la température du foyer de la cigarette atteignait 870°, température à laquelle  l'acier est en incandescence.  L'intérêt consistait à relever les évènements créés lorsque le foyer du tabac n'était  plus alimenté d'air fortement aspiré, que la température du foyer de la cigarette soit au plus bas, en peu de temps, alors que celle de l'acier maintenait plus longtemps son incandescence. Aux différentes étapes de températures décroissantes et couleurs corrélatives de l'acier incandescent, apparaissait la solution de problèmes dont certains ne s'étaient pas encore posés.

Selon l'une des théories de YATRIDES  « ... ce qui permet d'exister aujourd'hui c'est l'inversion de rotation généralisée de tous les éléments. La rotation originelle normale selon le temps des évènements vécus, qui progresse en créant le passé et la mémoirece que font les aiguilles d'une montre ou les roues d'une automobile, aurait entrainé un refroidissement de l'incandescence originelle beaucoup plus rapidement. Sans cette inversion  "le bel ouvrage de Dieuà peine élaboré  se serait désintégré en un temps record, celle d'une période radioactive. Quelles sont les forces qui ont agi pour freiner cette mort inéluctable ? Est-ce définitif ?  Je ne le pense pas, l'effondrement de ce qui est matérialisé est inéluctable » (sic Yatridès). Ses dessins et peintures dont le trait fascine créant les volumes sans ombre de contraste ni ombre portée  révèlent des horizons lointains passionnants où la lumière indépendante se déplace selon une 2ème trajet graphique, ainsi qu'il l'a démontré en découvrant l'unique modèle étalon géométrique qui puisse exister ( INPI ). 

« Certains de mes amis savants érudits qui utilisent malgré eux des mots creux (dont le noir) et dessins puérils pour démontrer leurs théories, les justifient  par symboles éphémères interposés, issus de mathématiques malaxées, sinon aliénées à la démonstration du hasard et de leur désarroi. Ils animent ainsi, enrichissent une presse adaptée compromise. Je reste persuadé qu'une idée claire s'exprime par un dessin explicite sans infantilisme. Un dessin en 3 dimensions aide à mieux progresser pour concrétiser une idée qui s'ébauche dans les neurones. » (sic) Yatridès.

Paul Perroud CEA ( II )   -Lien-

« Les mots et leurs synonymes, finissent par se contredire lorsqu'ils essayent de décrire un évènement  chimique/physique dont la conception la seule de l'origine de ce qui nous entoure résiste aux posibilités conceptuelles de l'homme, ainsi désemparé. Souvent  son intelligence est malmenée dans un groupe où l'imbécilité domine, entrainant des déductions théoriques qui égarent la recherche fondamentale. Celle-ci a besoin d'humilité silencieuse pour travailler loin des groupes qui se parasitent entre eux. Ils sont myriades et souvent infantiles. Je souhaite pouvoir intervenir lorsque cela est utile »  Signé Georges YATRIDES

Georges YATRIDES, sans réfuter les références que nous trouvons sur sa vie, nous demande qu'il puisse  ajouter d'autres résultats et rélexions qu'il n'a pas fait connaître jusqu'ici. Nos textes issus uniquement de références, tiendront compte d'informations qu'il nous donnera, ceci à partir d'aujourd'hui, tout en vérifiant les sources exotiques, étrangères  à ses propres travaux, ce que nous avons fait jusqu'ici.

Paul PERROUD Directeur des Applications Spéciales de la Physique - C.E.A. (A.E.C.  French Atomic Energy Commission) en 1970 mettra à la disposition de YATRIDES, personnel et laboratoires dans lesquels celui-ci découvre de nouvelles propriétés de la lumière émise par un corps solide en incandescence. En accord avec la SEITA (French government tobacco and matches monopoly), le tabac est choisi sous forme de cigarettes, du fait de ses quelques 5.300 constituants décelés dans ses fumées, durant les différentes étapes de sa combustion. Le foyer de combustion de la cigarette atteint  870° Celsius parfois plus selon environnement et tabac sélectionné, jusqu'à 965°. De certains de ses composés commencent à se dégager des émanations de gaz dont le plomb point fusion 327.46",  point d'ébullition 1749° et  évaporations dès 750°.  Recherches abouties de  Yatridès ; moyens : dans le corps de la cigarette est introduit un tube acier ''440" dont la paroi est mince. Il est porté à incandescence lorsque le foyer du tabac est alimenté en air aspiré. Le rayonnement de son incandescence traverse les vapeurs/gaz des substances et éléments provenant de la combustion/température maximale du tabac. Lorsque le tabac n'est plus suralimenté en air et que sa température chute brutalement, l'acier reste incandescent un temps plus long durant lequel sa température diminue  progressivement. L'intensité de sa température et rayonnement désorganisent différemment les éléments du tabac déjà vaporisés par la combustion propres du tabac, dont notamment certains métaux lourds tels que Cadmium (fusion 321.07°, ébullition 767 °), Mercure (-fusion, ébullition 356,62 °) et Polonium (fusion 254 °, ébullition 962 °).

Remarque de Georges YATRIDES : " Ce que vous spécifiez concernant le plomb n'est pas faux, cependant il faut noter qu'il n'émet aucun rayonnement ". 
Ainsi que cela a été noté, "les recherches de YATRIDES tendent  à démontrer que les photons ne sont pas des paquets d'énergie élémentaires ou quanta de rayonnement électromagnétique qui s'échangent selon EINSTEIN. Ce qui a pu semblé être leurs échanges c'est la complexité de leurs activités. Ses notes et  dessins montrent un 'photon' onde Mère constituée au moins d'une paire d'ondes l'une tournant dans le sens des aiguilles d'une montre  –  rémanence  de la rotation initiale de tous les éléments –  l'autre en sens contrairerotation obligée – dualité de mouvement déterminant une l'énergie autonome, même si la source du photon disparaît ... .« Il peut-être soutenu que lors du silence absolu de lespace infini immatériel existait en lui son contraire dynamique « un son ténu »,  dualité qui se transmettra durant l'élaboration de l’ensemble des éléments.

Georges YATRIDES désire apporter quelques détails complémentaires à nos références ainsi que nous lui en avons déjà donné la possibilité. Ci-après sa demande que nous publions :

Je vous remercie des efforts que vous manifestez pour présenter le plus clairement possible les évènement qui ont marqué mon existence notamment quant à mes recherches sur la lumière et les éléments du Tableau périodiqueCependant ce qui est clair n'est pas simple. Notamment en ce qui concerne les  3 paragraphes ci-dessus que vous nommez  Paul PERROUD CEA, Pierre LEDEZ et Paul PERROUD IIVos textes étant issus de références liées à mon existence, aussi bien au plan artistique que scientifique, il serait logique d'annoncer que le  texte qui suit votre expression   "SELON YATRIDES est constitué d'un   vocabulaire simplifié  pour un meilleur entendement de vos lecteurs notamment, ce que je ne peux vous reprocher. Toutefois, certaines descriptions/définitions vont nécessiter un développement de ma part que je vous demanderais de bien vouloir considérer ".  Georges YATRIDES

Lorsqu'il le jugera utile, Georges YATRIDES pourra apporter des compléments nécéssaires. Nous le signalerons et réagirons en conséquence.

Alexandre Bourmeyster   -Lien-

Sémiologue, doyen Université Grenoble III. Il écrit son ouvrage fondamental "YATRIDES et son siècle, "l'anti-Picasso"  1994, "YATRIDES monolithes 1957 -  KUBRICK 1968" "l'Odyssée de l'espace" 1994 - "les Icônes interstellaires" 1996 - "Le peintre du réel invisible".  Au XIIIème Salon de Montmorency :  « Une peinture qui ne correspond plus aux modes d'écriture des figuratifs, des impressionnistes, les fauves, les cubistes ou les abstraits. La peinture de Yatridès se prête à une autre lecture. Inimitable son art est le fruit d'uns conquête scientifique et technique, une somme de connaissances acquise de haute lutte, une révélation éblouissante des possibilités picturales au crépuscule de ce XXème siècle. S'il porte une problématique religieuse, voire mystique, s'il replace l'homme au milieu de l'espace pictural, l'art de Yatridès ne signifie nullement la restauration d'un classicisme après des décennies d'art abstrait. Il constitue la conquête d'un nouvel espace ouvert à la fois sur le passé et l'avenir, abolissant la dimension temporelle et redonnant à l'homme le droit de poser les questions fondamentales. L'Univers a-t-il un commencement ? Il y a des êtres pensants ailleurs, en dehors des hommes? Y aurait-il un Etre suprême ou un ‘'tout'' initial issu du néant ? Comment l'homme dans la brièveté de son existence, sa finitude, peut-il communiquer avec cet infini ? La Plaque Monolithe de Yatridès est la réponse à toutes ces questions et à bien d'autres, mais indéchiffrable pour celui qui ne la voit pas. Si on tient compte du  décalage dans le temps, Yatridès n'est pas à proprement parler un anti-Picasso . Il faudrait plutôt dire l'après Picasso. Parallèle qui situe chacun des deux peintres » 0:                                                                                                          
YATRIDES vit hors du tumulte *                                                                  PICASSO vit dans le scandale et la provocation   
Elabore des techniques qui seront les siennes propres                                         Discrédite les techniques pour dissiper les illusions
Est théoricien. Respecte la recherche.                                                                 Nie toute théorie. Méprise ceux qui cherchent
Respecte le travail des précurseurs, mais le porte à un degré supérieur                Décompose et s'approprie les œuvres des autres
Pose l'art comme une fiction dans laquelle se réalise la vérité                               Prétend que l'art est un mensonge qui mène à la vérité
Transfigure le désir                                                                                            Tue le désir par le cauchemar                
Inquiète par sa perfection, comble celui qui adhère                                             Amuse, excite, déçoit par l'inachevé de son oeuvre
                                                

    Alexander (Sacha) BOURMEYSTER  '' Yatridès et son siècle l'anti Picasso '' 1994  (extraits).
Edition Lumière et Espace- FNAC 
Expression de René CHAR " Yatridès le peintre hors du tumulte. Il a maîtrisé le temps".
 

Stanley Kubrick   -Lien-

« ( ... ) Les plaques Yatridès, axes et moteur des séquences successives de 2001 a space odyssey de Kubrick et Clarke » (Arthur Conte "Yatridès maître du temps" 1992). La plaque monolithe de YATRIDES se révèle dans son tableau "La mort Maya" de 1951 et une Etude de 1957 "Compilation :  objet Eternité" ainsi que le note Christophe ODIN. Elle apparaît dans toute sa plénitude à partir de 1960, dans l'œuvre de YATRIDES, telle qu'elle se verra dans 2001: a space odyssey, enchaînement crucial des séquences du film de Kubrick. « ( ... ) La plaque de Yatridès, insaisissable, indéchiffrable, est d'abord une présence, un témoignage : le savoir absolu. Il se grave sur sa surface, il se programme dans sa trajectoire comme la promesse d'une révélation totale. En 1968, Kubrick en aura tiré le film célèbre 2001: l'Odyssée de l'espace ».  La Plaque monolithe de YATRIDES porteuse de Vérité universelle est dévoilée ici sous "l'un" de ses aspects. « ( ... ) Plus loin en 1985 dans le film de Peter Hyams "2010 Odyssée deux" la Plaque de YATRIDES acquiert ses dimensions métaphysiques par son ampleur, qui confirme ainsi la signification originelle donnée par Yatridès :  la Plaque Monolithe est la toile de l'univers, peinture qui enferme tout ce que porte le cosmos depuis l'origine des temps, y compris les toiles que Yatridès lui a consacrées ". Bourmeyster en 2012, radicalise son analyse sur l'antériorité des Plaque de Yatridès et oppose plus nettement l'inspiration de YATRIDES à celles de CLARKE-KUBRICK dans son étude "la Plaque, la Bible et la Sphère", il met en lumière le prolongement de "l'influence Yatridès" dans Melancholia de Lars Von TRIER dont le sujet se retrouve dans l'œuvre de Yatridès. Alexandre Sacha BOURMEYSTER.

Lars Von Trier   -Lien-

Dans "La Plaque, la Bible et la Sphère", BOURMEYSTER rappelle "...que d'un tableau à l'autre la sphère de YATRIDES, avait grandi et acquis une luminosité alarmante dans "Vibration essentielle phase finale" huile de 1981. L'homme du tableau nous dérobe son visage. YATRIDES terrifié s'était-il arrêté de peindre après avoir vécue cette révélation retranscrite dans cette "phase finale".  Révélation est la traduction exacte d'Apocalypse, la peinture de Yatridès est apocalyptique et prophétique. J'en ai eu la confirmation au Festival de Cannes à la projection du Film Melancholia de Lars Von TRIER ( ... ) images sublimes, fresque cruelle et angoissante placée sous le signe de TARKOVSKI,  la fin du monde ( ... ) la planète Melancholia qui s'avance irrésistiblement vers la terre comme 30 ans plus tôt sur les toiles de Yatridès, une sphère inconnue s'avançait vers un peintre tétanisé ( ... ) Lars Von TRIER se serait inspiré de la Sphère de YATRIDES comme KUBRICK de sa Plaque. Tout laisse le croire ». BOURMEYSTER 2012. Il collabore pendant plus de dix ans au FIGARO avec ses critiques de films d'Europe de l'Est et d'URSS au Festival de Cannes; Il achève actuellement un ouvrage de souvenirs et de réflexions sur le Festival.  Fidèle à sa promesse en décembre 2012 BOURMEYSTER offre à YATRIDES une "métaphore" de sa destinée de peintre, "Le Troisième Faust", une tragédie en 8 actes et 27 scènes. Cet ouvrage attend « un éditeur et/ou un metteur en scène que je puisse admettre. Peut-être existent-t-ils ? ». (sic Yatridès, 2013).

René Char   -Lien-

French Great Poet : « YATRIDES le Peintre hors du tumulteTu a maîtrisé le temps non commun » L'Isle sur Sorgues (1975).Une forte estime va lier les deux créateurs aux tempéraments très différents. Yatridès aurait souhaité être vraiment le maître du temps comme l'écrira aussi Arthur CONTE  et d'autres.

« Si quelqu'un en offrait de ce temps, il serait le frère dont  je ne me séparerais pas » Les plus beaux jours de la vie sont ceux vécues la veille.  Les lendemains sont moins enchanteurs »  On prête ces paroles à Georges YATRIDES.

Christian Gali   -Lien-

Disciple de René CHAR qu'il présente à YATRIDES et accompagne leur communion. « Reconnaissons avec Albert CAMUS que pour les Grecs, la beauté est au départ...ainsi il vivra en Amérique un temps d'exil qui ne lui fut ni imposé ni conseillé. Dans le bruissement de la foule à Chicago et à New York, son jardin secret n'est jamais menacé. YATRIDES qui a promis de servir la vérité prête serment à la vie. Le jour se lève sur la bataille d'atelier. Captive, la lumière ultra nourricière détourne le tableau que signe Yatridès, au bénéfice de la délivrance, des doutes ».

Yatrides offre des réponses à des questions qui n'ont été encore ni pensées ni posées. «Intuition, que veux-tu pour offrir alors le savoir. Un essaim de convictions anime Yatrides. Pour rassurer, il fait de la toile un site respecté, fierté et noblesse de l'artiste qui ressuscite  » Christian Gali 1975.

Jacques Charpentier   -Lien-

Grand compositeur français, écrit à Buenos Aires un quatuor à cordes ‘'Prélude pour l'ailleurs'' (1984), en hommage à l'œuvre de Georges YATRIDES  "Les Nouveaux rouleaux",  peinture/Huile vendue aux enchères par Me Pierre Cornette de Saint-Cyr, au bénéfices des enfants myopathes de l'Est, en particulier RUSSIE,  POLOGNE.

Gustave Hodebert   -Lien-

Prix de Académie française, Prix Auguste Capdeville

Samuel E. Johnson   -Lien-

Plus grand marchand de tableaux de son époque, JOHNSON  International Galleries Director, expose YATRIDES. Le succès est immédiat et se diffuse dans d'autres pays dont Angleterre et Suisse. Ensuite exposition capitale "Great Contemporary Masters" (1959) :  « Georges Yatrides, surrounded by series of insignificant contemporaries whose names have won very temporary renown through worldwide campaigns, YATRIDES stands out as one of the few  painters (...) achieving  that level of permanent value and recognition accorded to the works of truly great artists » Samuel-E. JOHNSON International Galleries Chicago Illinois.

Folowing: "Drawings and Watercolors of the French School" (december 1959), "Masters of Modern Art" (1960), "Specialists in XXth century Masters" (1965) etc. "Partout son travail montre sa dimension" (Times). Samuel-E. JOHNSON :  « YATRIDES  a trouvé en lui le talent et l'inspiration nécessaires pour présenter un monde artistique complet. Son développement artistique présente une des histoires les plus intéressantes de l'histoire de la peinture récente. Luttant contre une myriade de circonstances défavorables ;  forcé de quitter sa France natale,  et vivre en Grèce, de Grèce au Congo Belge.  De retour en France, de la France au Mexique, Etats-Unis, et enfin de retour en France. Pendant toutes ces années, Georges YATRIDES n'a jamais cessé de développer sa peinture. Les peintures de Yatrides entrent dans d'importantes Collections de Détroit, New York, Chicago et Montréal. Dès 1958, ses œuvres entrent dans des collections prééminentes dans chaque grande ville des Etats Unis, Canada et Amérique Latine.  Sa production totale exposée seulement à Chicago, durant les six premiers mois de 1959, plus de la moitié de son œuvre est cependant acquise par des Collections étrangères. Ces dernières Collections sont notamment de Mexico, France, England and Switzerland  ». 

The dominant factor which thus characterizes the art of Georges Yatrides is the painter's utter and pure individuality. The significance of Georges Yatridès is evident in this exhibition which is the most important showing of his works ever presented in Europe or America (...) At this point where some of the most touted artistic names of a few years ago are now falling in prestige, the position of Yatrides is strong and steadily growing stronger (...) Yatrides searches and finds within himself ever more varied and ever broadening artistic horizons »  Samuel-E. Johnson, Director International Galleries, Chicago, November 1959.  .

«  Le facteur dominant qui caractérise l'art de Georges Yatridès est l'individualité absolue et complète du peintre. L'importance de Georges Yatridès est évidente dans cette exposition qui est  la plus importante de ses œuvres jamais présentées en Europe ou en Amérique (...) À ce point où certains des noms artistiques les plus vantés d'il ya quelques années sont maintenant en train de tomber en prestige, la position de Yatridès est forte et s'accroissant toujours (...) Yatrides recherches et trouve en lui-même, de plus en plus variés, et constamment, des horizons artistiques de plus plus en plus vastes ». Samuel-E. JOHNSON, Director International Galleries, Chicago, novembre1959.

International Galleries Chicago   -Lien-

"Contemporary French Masters" 'exposition remarquable en avril 1959 ayant précédé celle de son exposition monographique en novembre 1959, Samuel-E. JOHNSON exposait des toiles de YATRIDES et de Pablo PICASSO, exposition qui préfigure les critiques/analyses de celle de novembre, constat qui remet en question la valeur des peintres dont PICASSO «  Depuis sa première exposition à Paris avec Ambroise Vollard en 1901, Picasso est resté le nom le plus marquant dans l'art français. Son travail plus récent a montré une décadence décevante  ». International Galleries, Chicago, april1959. Suivent les manifestations dans lesquelles les peintures de YATRIDES sont mises  en exergue dont "Drawings and Watercolors of the French School" (december 1959), "Masters of Modern Art" (1960), "Specialists in XXth century Masters" (1965).  Elles sont aux cimaises des galeries qui dépendaient de Samuel-E. JOHNSON, notamment aux Etats Unis (USA).

Jean-François Echegut   -Lien-

Organisateur passionné par toutes les facettes de l'art pictural, il réalise des rencontres internationales telles que les Biennales Internationales de France-Canada-1987 suivies des autres notamment Canada-France 1988, réunissant 170 artistes de 35 pays différents sous les auspices du Président Valery GISCARD d'ESTAING : 170 artistes déplacés au Canada dans un Boeing spécialement affrété par ses soins, accompagné d'un container maritime de 30 mètres cubes renfermant plus de 1000 œuvres originales, notamment celles de COCTEAU, CHAGALL, MATISSE, BONNARD, KANDINSKY, LEGER, GOERG, A. LHOTE, PICASSO. Lors de ces Biennales, celle de 1987, puis 1988-1991 et 1991-1993, YATRIDES est invité en tant que "Main Master Guest" et "Great Master Guest".

« Cher maître (...) Votre absence à cette biennale de 1987 pour laquelle vous étiez "Grand maître invité d'honneur" est regrettable, un budget spécial réservé à votre réception ainsi qu'au transport de vos peintures ( ... ) »  Jeff ECHEGUT 20 octobre 1987) (  ... ) J'espère ardemment que vous pourrez être des nôtres à la prochaine Biennale de 1988 » (...) «...Encore un fois, les Collectionneurs ont formulé une déception profonde de ne pouvoir vous rencontrer dans cette Biennale de 1988 » Jeff ECHEGUT 11 novembre1988....« avec la Présentation des éditions spéciales réalisées, de deux catalogues prestigieux successifs (1987-1989-1991 de 48 pages et celui de 1991-1993 de 72 pages)...Vos œuvres originales éclatantes ce lumière dans l'espace qui leurs était réservé (...) votre participation aux différentes biennales aurait engendré la vente de vos peintures au moins celles a-tempera sinon celles à l'huile. Malgré que vous n'ayez envoyé que des reproductions de vos œuvres, il y a eu 34 acquéreurs auxquels il nous a fallu restituer les acomptes reçus ( ... ) ». (J.-F. Echegut 05 octobre 1994). Yatridès déplore de n'avoir pu se rendre aux invitations de celui pour lequel il garde une grande estime.

"Artiste de génie, à la vie intérieure prodigieusement riche, d'une technique artistique hors du commun, d'une valeur et d'une chaleur humaine d'autant plus rare qu'elles sont la simplicité même, chercheur qui a su faire la synthèse de connaissances inconciliables. Ce qui attire irrésistiblement chez YATRIDES c'est la forme amenée au fondement de l'essentiel, la sonorité infaillible des couleurs....défi constant entre l'énergie en mouvement et la sérénité dont la lumière puissante qui ne présente paradoxalement aucune ombre. ( ... ) Cet Art aux mathématiques inaccessibles ( ... ) une mystique au-delà des rites et des dogmes ( ... ) Yatridès réinvente un monde où tout est force dynamique et spiritualité ( ... ). Il marque l'aube de ce III ème millénaire, l'isole parmi les plus grands qu'il guidera. Une dimension cosmique. Jean-François ECHEGUT Présidant ANLAM, Association Nationale Lettres Arts Musique. Syndicat de la Presse Artistique.

Mme Madeleine D. Tremblay   -Lien-

Professeur d'art à Sainte Foy QUEBEC, organisatrice des arts aux Biennales Internationales au Canada, fournit à Jean-François ECHEGUT les dispositifs nécessaires à la participation de la délégation française. « Cher Maître, Mme Tremblay (...) afin de prendre toutes les dispositions pour vous accueillir ( ... ) avec les égards dûs à votre rang (...) Réjouie et honorée (...) le tirage commémoratif d'une de vos lithographies marquant le vernissage de la Biennale prévue pour le 25 octobre ». Mme Madeleine D. TREMBLAY à  Jean-François ECHEGUT, 4 février 1988). 

Diego Rivera   -Lien-

Renowned Mexican painter. YATRIDES a vécu au Mexique plusieurs années dès 1956 où son Père homme d'affaires US l'avait invité. Il y connut les peintres muralistes David Alfaro SIQUEIROS à Cuernavaca et Diego RIVERA à Mexico City avant le décès de ce dernier en 1957 âgé de 70 ans. Ces artistes utilisaient la peinture acrylique créée par des chimistes de l'Institut National Polytechnique de Mexico, en collaboration avec eux, peinture acrylique initiale stable capable de résister aux rigueurs atmosphériques variables d'une ville située à plus de 2200 mètres. Ils célébrèrent la révolte en réalisant de grandes fresques sur les murs des bâtiments publics dont celles éblouissante de RIVERA. « Toutefois on ne peut comparer cette technique, comme cela a été suggéré, avec la matière picturale de synthèse des peintures à l'eau de Yatridès dans laquelle le graphisme peut s'y inscrire en un sillon profond de 2 millimètres, sillon que l'on retrouve dans ses huiles ». C'est treize ans après l'invention mexicaine, que la marque US Liquitex met sur le marché la formule mise au point en 1963 par Henry LEVINSON, formule diluable à l'eau, moins sophistiquée plus aisément manufacturable et rentable. La même année les WARHOL et HOCKNEY utilisent cette formule sensible à l'humidité qui produit dans le temps une mycose qui altèrent les couleurs utilisées.

Greg Juarez   -Lien-

« Yatrides has stuck forcefully with the basic principals of Graphic art as developed and defined in the years 1948-52. It has been with a great natural talent and a very particular inspiration from his Greek background combined with his un-remitting persistence n delving into and developing the possibilities of the Graphic school that Yatrides today finds himself increasingly distinguished from his fellows' artists. The importance of Yatrides in the art world is evident alone from the fact that over 300 of his works are now in US private Collections ». Greg JUAREZ, Director of Juarez Gallery in Palm Beach, Florida USA.

Christophe Odin   -Lien-

49 ans, un des pionniers du web. Ingénieur en physique électronique né à Lyon, cofondateur du comparateur de prix Kelkoo, revendu en 2004 à Yahoo! pour 470 M€. Succès financier et entrepreneurial après avoir quitté la start-up grenobloise. Il choisit de partager son temps entre le conseil stratégique aux entreprises internet et l'investissement, via les Grenoble Angels, dans des sociétés comme "Made in design", "Starzik" ou "Drimki". « Autant faire profiter d'autres sociétés du fruit de la réussite », explique-t-il. C'est une manière de prolonger l'aventure sans être opérationnel. Mais pour lui, la réussite n'est pas une fin en soi. Il a ressenti le besoin de respirer, de ne plus s'occuper d'une entreprise, de prendre du recul ». Cet intermède ne dure qu'un temps chez cet homme qui a « l'esprit d'aventure ». Il rencontre un peintre qui a connu son heure de gloire avant les années 2000,« Georges YATRIDES ( ... )  au talent inclassable, a exposé dans les galeries de Chicago, a rencontré des maîtres comme Dali mais a également travaillé au CEA sur la lumière. Il est un scientifique à l'origine de plusieurs brevets internationaux. À 82 ans, il aimerait aujourd'hui remettre ses œuvres sur le marché - "sous le feu des projecteurs révélateurs" - (ND Yatridès et son siècle). Christophe ODIN, l'ingénieur spécialiste du web, se découvre alors une nouvelle carrière et devient l'agent, le commercial, le promoteur de cet iconoclaste. J'aime ses œuvres, et ses mélanges de peintures, montages optiques et collages. Avec lui, je vise la pérennité. Un site internet a une vie courte. Une œuvre d'art dure beaucoup plus longtemps ». (Christophe ODIN 2013). Effectivement, les véritables œuvres d'art ni ne périssent ni ne s'oublient.

Christophe ODIN travaille donc à la renaissance de la notoriété du peintre. Pour cela il active ses réseaux, comme le Réseau Entreprendre Isère où se trouvent ‘'des chefs d'entreprises férus d'art''. Mais point de grand écart entre les précédentes vies de Christophe ODIN et ce nouveau défi. « Le pic de la médiatisation de Georges YATRIDES a eu lieu avant l'ère internet. Je suis dans la création, je fais le lien entre le passé et le futur. »

Marquis de Masclary   -Lien-

1956. Directeur de la Galerie Charpentier 76 rue du Faubourg-saint-honoré auquel il refusera l'exposition qui lui est proposée pour le printemps 1956. Yatridès est sans argent et n'en demande pas à De MASCLARY ni à Raymond NACENTA propriétaire de Galerie qui lui a fait comprendre que "c'était déjà un privilège, un honneur d'être exposé dans ce 'temple' de la peinture". Il reprend les tableaux déposés à la consigne de la galerie. Avec son ami Camille JAUBERT qui lui offre l'hospitalité dans son hôtel "Laffon" rue Buffault, petite rue paisible du 9eme arrondissement, quartier où CHAGALL avait séjourné avant d'accepter les offres de MAEGHT marchand influent que YATRIDES lors de leur rencontre (" ta peinture est exceptionnelle, qu'en fais-tu ? " réponse de GY : " Ma liberté ne s'achète pas et ma volonté n'est pas dêtre le plus riche d'un cimetière ") n'avait pas considéré outre mesure. Yatridès et Jaubert cherchent et trouvent la "Galerie Voyelles" 36 rue des Saints Pères à Montmartre où l'attend Madame CHASTENET de GERY avertie par Pierre Mornand.. Yatridès expose dans cette galerie d'apparence modeste mais qui attirera les critiques à la plume aiguisée dont "Bethancourt", "Chabanon", "Pierre Mornand" et aussi "Helios Ilo Trabujo", "Anton Urrutia" qui feront le découverte de Yatridès. Un Collectionneur alertera Samuel-E. JOHNSON  marchand prééminent, Directeur des Internationales Galleries, Chicago.

Pour mémoire: Sous contrat d'exclusivité avec S.-E.JOHNSON sur17 années durant lesquelles YATRIDES  introduit l'homme dans la peinture, dans un univers sans référence connu, définition même de l'abstrait. Il crée de nouvelles techniques au service de la lumière et d'un graphisme rigoureux creusé dans la pâte, sillon qui traverse les couches picturales, graphisme qui crée les volumes sans ombres de contraste. Il respecte les contrats de JOHNSON seul marchand qu'il agré, mais garde pour lui ses huiles, dessins graphites, vitraux,  sculptures, metalogrammes ( icônes métalographiques ).  Il domine les possibilités de la thixotropie pour superposer des couleurs sans que s'effectue un mélange chimique. Un violet s'obtient ainsi par une couche transparente de bleu sur du rouge, et son contraire avec toutes les variantes imaginables. Si l'oeil ne perçoit que 3 couleurs primaires, sa réception de vibrations spécifiques  transmises sans interférence au cerveau permet à celui-ci d'en opérer le mélange  de "voir" la couleur prédéfinie voulue par l'opérateur avec une précision absolue. 

Raymond Nacenta   -Lien-

Propriétaire de la Galerie Charpentier aujourd'hui siège de SOTHEBY's France.

Bruno Roche   -Lien-

Admirateur fervent de l'œuvre de YATRIDES qu'il présente en 2011 dans des sites Nord Amérique, "Yatrides Art", "Great Semioticians", "GreatHistorians", "Great Film Directors", "Great Contemporary Painter". Bruno ROCHE avait compris ce que YATRIDES exprimait lorsqu'il déclarait avec humilité « Je suis l'outil de mon travail ».

« Quand on considère la dimension des seuls acquéreurs Anglais des œuvres de Georges YATRIDES aux prix du WHO's WHO in International Art 1987 / 1988, l'inquiétude de l'establishment est compréhensible, confronté à un artiste capable de se développer hors de l'ordre établi et celà bien qu'il ait dû refuser de longs métrages sur sa vie, notamment de Marcel CARNE et Jean DELANNOY, non par mésestime de ses amis mais par rejet des scénarii repris par les producteurs et manipulés encore par les  commettants dudit ordre établi ». Bruno ROCHE, Calgary Canada.

YATRIDES abandonne l'Ecole, dite abstraite en 1949. Il l'abandone, sachant qu'elle menait à l'infantilisme. Il l'abandonne, pour introduire l'homme moderne dans un univers pictural sans référent du monde connu, définition-même de l'abstrait. Ceci sans user de science fiction ni surréalism. Il est le seul à pouvoir le faire, sans obscurantisme. L'occultation  intentionnelle des ventes importantes,des oeuvres de Yatrides par l'establishment français, l'occultation des évènements qui caractérisent la valeur de son existence, aussi bien,  au sens artistique, que scientifique, pourquoi ? Pour entretenir, une confusion à tous les niveaux,  dans tous les genres. Cette fabrication de mièvreries, devenue rentables, aussi bien au plan culturel, qu'à celui de la science, dévalorisée par les prix d'honneurs , signale l'agonie d'une civilisation, le matérialisme  étant  devenu sa seule religion, civilisation dont  les soubresauts s'accompagne de spasmes violents; violence, un des dieux du matérialisme.

Yatridès et son siécle